Intervention de Bernard Doray

au 3ème Colloque Psychologie & Psychopathologie de l’enfant

10 octobre 2009, symposium violences politiques

et vie psychique des enfants et des adolescents ».

Violences politiques

et vie psychique des enfants et des adolescents

Le travail dont il va être question se mène dans une structure de recherche clinique associative, le Cedrate, à Paris, dont vous pouvez consulter le site encore en cours d’aménagement : Cedrate.org. Vous pouvez y voir notamment des films qui illustrent nos travaux. Je vous signale aussi deux livres personnels L’inhumanitaire – le cannibalisme guerrier à l’ère néo libérale, 2000, et La dignité , les debouts de l’utopie, 2006, les deux publiés à La dispute.

Je ramasserai mon intervention sur l’une des situations dans lesquelles nous sommes intervenus : l’Algérie en 1997 – 1998, c’est-à-dire dans les années de plomb où l’activité du GIA, groupe islamique armé, était si importante et si violente qu’elle aurait pu faire basculer la république algérienne en un état théocratique. À cette époque, on évitait, dans la presse française, de dénommer comme « terroristes » les exactions de ces groupes armés, pendant qu’à Blida, les femmes enduisaient leur cou d’huile d’olive avant de sortir en ville pour que ce soit moins long au cas où elles seraient égorgées.

Cette histoire scientifique est aussi une histoire de solidarité politique.

En relisant aujourd’hui le matériel recueilli dans ces conditions, je voudrais vous faire partager notre intérêt pour deux problématiques qui s’articulent en pratique dans le travail de la culture (kulturarbeit), et que nous travaillons dans un séminaire qui se tient à la Maison des sciences de l’homme de Paris : la dimension éthique du trauma et le travail de la resymbolisation.

Je commencerai par détailler un peu un cas clinique, puis, comme le temps nous est compté, je relaterai de manière plus stylisée, quelques autres vignettes cliniques significatives.

Premier cas, donc, que j’ai déjà exposé dans quelques occasions.

En décembre 1997, dans un hôtel d’Alger, Nassima Methari, Assistante du Professeur Houria Chafaï Salhi dans le service de pédopsychiatrie du CHU de Blida avait apporté des dossiers médicaux, dont celui d’Abdelnasser, un garçon âgé de 9 ans, arrivé 2 mois auparavant à la consultation, depuis un hameau de la Mitidja très exposé au terrorisme. Il était venu avec sa mère. Un courrier du service hospitalier de neurologie parlait, avec les mots passe-partout de la médecine, de « troubles du comportement, d’instabilité et de retard scolaire ».

De fait, le comportement d’Abdenasser avait changé depuis une année, et sa mère liait ce changement à un événement qu’il avait vécu : sur le chemin de l’école il avait vu le corps d’un homme dont la tête était séparée du corps. Il est rentré en courant chez lui ne cessant de raconter cette horreur en pleurant. Selon sa mère, c’était à partir de ce moment qu’il était devenu agressif, instable et impulsif envers son entourage.

Je passe sur le fait que cet événement n’était pas extraordinaire dans le contexte de son village. Il y a eu en particulier une nuit de cauchemar pendant laquelle la famille d’Abdelnasser dû fuir très rapidement pendant une attaque en règle de leur village. C’était s’était passé peu avant l’apparition des troubles de l’enfant. L’élément central de la souffrance d’Abdelnasser apparaissait être la peur et dans la thérapie, son premier dessin fut l’occasion de parler d’une vision, décrite comme l’hallucination lugubre d’une tête blanche qu’il appelait le masque.

Abdelnasser était le sixième d’une fratrie de neuf. Son père, 53 ans, maçon, était décrit comme un homme doux et courageux. Récemment, il avait pris les armes pour défendre le village contre les terroristes en s’intégrant dans un groupe d’auto-défense villageoise : les Patriotes. La mère, 43 ans, avait eu une vie difficile avant de se remarier avec le père d’Abdelnasser. Et, selon le Docteur Methari, elle donnait l’impression de garder au fond d’elle “une blessure intérieure très profonde”

Lire la suite

ou télécharger ci-dessous le document intégral.